A la rescousse d’un patrimoine médiéval, les pieds dans l’eau

04 au 24 juil. 2020

Lieu : Le Thor (Vaucluse)

Public : Adultes

Attention travail en hauteur

Descriptif du chantier :

En bord de Sorgue, dans un des endroits les plus paisibles de la commune vous serez chargés de la restauration de ce rempart médiéval, fortement endommagé, et découvrirez la mise en œuvre d’un mur en pierre maçonnées en opus piscatum (arrêtes de poisson). Cette partie du rempart, est couverte de lierre des deux cotés et d’importants travaux de rejointoiement sont à prévoir.

Déroulement des travaux :

  • Dévégétalisation
  • Décroutage des joints et enduits dégradés et rejointoiement des murs
  • Reprise des murs et construction d’un muret

Technique utilisée : maçonnerie à la chaux

Le petit plus : Le chantier est situé au bord de la Sorgue, vous pourrez vous rafraichir régulièrement.

Hébergement : Sous des tentes, au stade municipal, avec accès aux sanitaires et vestiaires. Le stade est à 10 minutes à pieds du chantier. Possibilité d’amener sa propre tente.

Vie collective : Prise en charge des tâches de la vie quotidienne (préparation des repas, entretien) à tour de rôle. Travail sur le chantier les matins de la semaine. Temps libre les après-midi et week-end, choix des visites et activités prise en groupe.

Quelques idées de sorties : Festival de théâtre d’Avignon, randonnées dans les Dentelles de Montmirail, sur le Mont Ventoux, dans les Monts de Vaucluse, baignade dans le Toulourenc, canoë dans la Sorgue.

Bref historique :

Cité à vocation agricole, ancienne capitale du raisin chasselas et de la garance, le Thor a su garder les traces de son passé millénaire, de l'ancien monastère fortifié sur la colline de Thouzon à son imposante église romane classée, de part et d'autre de ses remparts construits au XIIème siècle, en opus piscatum(arête de poisson).

La légende populaire raconte qu'un taureau se serait mis plusieurs fois à genoux devant l'abreuvoir de la Sorgue, en dessous duquel on aurait trouvé une statuette de la Sainte Vierge, ce qui aurait donné son nom à la commune.

Il semble en réalité que le terme "Tor" était très souvent employé en toponymie régionale aux XII et XIIIème siècles pour désigner des emplacements marécageux.

La construction des remparts du Thor daterait des XII, XIII et XIVème siècles, ils étaient percés de quatre portes, dont une seule subsiste aujourd’hui : l’actuel beffroi très récemment restauré.